Voyages

Egypte : Palmes, chicha et bikini fish à Sharm-El-Sheikh

Ah, l’Egypte. Quand tu débarques à Sharm-El-Sheikh, loin des pyramides du Caire dans le désert du Sinaï, mieux vaut avoir le pied marin et ne pas être sujet au mal de mer… Ici, on « chichate » – enfin, on fume de la chicha – on plonge, on bronze, on joue au ping-pong, on drague, on se fait draguer et du coup on repart avec 150 chameaux dans l’avion. Je plaisante. Les chameaux, c’est has been.

Je débarque donc dans le Sinaï avec ma comparse de voyage, surnommée dès lors ‘habibi’ (toute une histoire). Très vite, on nous désigne comme les funny girls. C’est un terme bien sympathique pour éviter d’employer celui de ‘cinglées’. Seulement voilà : la chaleur, le sourire des Égyptiens, le soleil, les muscles des Égyptiens, l’air marin, l’accent des Égyptiens… Il y a de quoi devenir chèvre.

Sharm, c’est le berceau des plongeurs. C’est aussi du thé à la menthe, des chanteurs à la voix suave – habibi, habibiiii -, des épices colorées et de délicieux tajines…

Chapitre 1 : Corail et poissons multicolores

J’ai troqué ma Vieille Semelle contre des palmes. Dans le désert du Sinaï, à Sharm-El-Sheikh, les bateaux des plongeurs sillonnent la mer rouge pour accueillir les voyageurs en quête d’aventures marines. Les demoiselles qui ne plongent pas sont surnommées gentiment les « bikini fish ». Les autres, comme nous, ressemblons plutôt à de grosses anguilles un peu obèses, affublées de notre combinaison moulante en néoprène, de notre gros scaphandre gonflé d’air et de nos palmes disproportionnées. Sur le pont, les marins d’eau douce partagent la chicha avec le capitaine, sous le regard noir d’une famille Russe occupée à faire bronzette. Une odeur de pomme mentholée filtre à travers nos masques de plongée. Pas le temps d’en profiter. On attend le signal des moniteurs pour sauter, palmes en avant, dans les profondeurs de la mer rouge.

Puis le silence. 

Kamel, le moniteur, est facilement repérable : une palme noire, une palme jaune. On suit le guide. Il m’attrape la main. Après une danse endiablée, mélange de salsa et de macarena – oui, en Egypte, on danse sous l’eau– nous passons devant une murène à l’air méchant, des poissons bleus, rouges, oranges, violets, des étoiles de mer et… des coraux. Certains sont abîmés par les coups de palme répétés des plongeurs, mais la vue est à couper le souffle.

Chapitre 2 : Le Old Market

Après une bonne journée passée dans l’eau (très) salée, rien de tel qu’un bon tajine du restaurant El Masrien ou un incroyable poisson frais de chez Fares. Le Old Market, c’est un marché coloré, vivant, au centre de la vie nocture de Sharm. On partage des cigarettes avec les commerçants, on boit du thé dans les magasins de plongée, on se fait parfumer sans s’en rendre compte et on caresse les chameaux. Les boutiques colorées et encombrées attirent le regard, les Égyptiens rieurs brandissent leurs pyramides en plastique en faisant des demandes en mariage (toujours contre des chameaux, évidemment) et les écrans des restaurants diffusent les matchs de football sous les acclamations des supporters.

Chapitre 3 : Chicha parfumée et poufs multicolores

Amateurs de chichas, vous ne pouvez pas manquer Farsha. Ce café a été construit sur les vestiges d’un ancien temple, avec une vue imprenable sur la mer rouge et ses bateaux éclairés. Entre les nombreux canapés et poufs aux couleurs orientales, on se glisse sous les couvertures en dégustant un thé à la menthe et en fumant la chicha. C’est le rendez-vous des voyageurs mais aussi des locaux, qui peuvent se détendre dans ce lieu superbe en crachant de la fumée – de quoi calmer n’importe quel dragon – aux odeurs entêtantes. Rien de tel pour être complètement dépaysé, entre la musique locale et la décoration 100% orientale.

Égypte : les p’tits trucs à savoir

Un peu de vocabulaire….

Merci : Chukran
Non merci : La Chukran
Je suis français(e) : Ana faranzia

Mais aussi…

Le thé à la menthe est une véritable religion là-bas. Amr Diab est LE chanteur dont les Égyptiens raffolent.
Les clopes sont à 1 euro le paquet (attention aux fumeurs, qui risquent d’en consommer avec excès…)

N’écoutez pas les petits dragueurs qui proposent des chameaux pour se marier avec vous – ou vos filles, vos nièces (…) – car cette tradition n’est plus DU TOUT au goût du jour. C’est juste pour se la raconter.

Allez, une petite vidéo 100 % Sinaï, pour le plaisir des oreilles.

 

Vous aimerez aussi

Poster un Commentaire

Soyez le premier à commenter !

Laisser un commentaire

wpDiscuz